jeudi 16 avril 2015

Marche Nordique sur la randonnée des trois châteaux 77





Ce dimanche 12 avril nous voici parti pour la randonnée des 3 châteaux : un parcours qui semble bien sympa, une météo parfaite, une distance mythique de 42 km (ben, quoi nous aussi on a droit a notre marathon). Il fallait bien cela pour nous faire oublier l'heure du réveil quelque peu matinale, dont la valeur précise a été classée Confidentiel Défense.


Au départ une ambiance relax, c'est plus de la randonnée que du Trail a la recherche de la performance.  Le parcours en vaut vraiment la peine, en tout cas dans sa version 2015, avec des parcs, des cours d'eau, des moulins, une nature qui s' éveille progressivement et des châteaux.  J'en ai compte trois. Château de Jossigny, Château de Rentilly et le


Château de Champs sur Marne,  


Ce lieu agréable est situé dans une boucle de la Marne. Il a été construit au XVII ème siècle. 

Après 7 années de travaux de restauration le Château est à nouveau ouvert aux visiteurs. 

Une de ses hôtes la plus illustre est la Marquise de Pompadour.









Un parc de 85 hectares, les parterres dessinent le jardin à la Française, mais de larges paysages à l'Anglaise servent de toile de fond faisant de ce parc une des premières interprétation d'un jardin mixte.








A savoir le sol est un peu dur, avec du bitume (en quantité correcte). Pour crapahuter dans la boue, cibler plutôt la forêt de Chavilles à la mi-novembre, 42 km, ça  vous laisse le temps de refaire le monde un bon paquet de fois, de ré-écrire Gala et L'équipe dans son intégralité,  et de se joindre a tout le monde sur le thème du "satane ravitaillement que l'on a pas vu et que l'on a tous raté"
Car sans cela, ce ne serait pas amusant...

Sandra et Tanguy








lundi 6 avril 2015

Le TREG une marche nordique « saharienne »




Le TREG une  marche nordique  « saharienne »

Si vous ne risquez rien, vous risquez encore plus ! Fort de cette maxime, je me suis inscrit à la seconde édition du TREG, une course de 180 km au nord du Tchad dans l'Ennedi, aux confins du Soudan et de la Libye. Dire que mon entourage professionnel était enthousiaste  est plus qu'une litote. La famille, par contre, n'a rien manifesté. Sans doute n'en pensaient-ils pas moins! C'est donc par un dimanche, le 1er février, qu'Air France nous a convoyés vers N'Djamena (ex Fort Lamy) capitale du Tchad, au sud du pays. Dans la foulée, après être sorti d'un aéroport ressemblant à un chantier en démantèlement, un bus nous a véhiculés toute la nuit. Vers 10 h 30 le lundi matin nous embarquons dans des lands cruiser Toyota pour 11 heures de 4*4. A 21 h 30, légèrement décatis, nous découvrons le camp monté pour l'occasion, fait de yégués construits dans le style local. Les cuistots ont fait des merveilles, car la cuisine se fait au feu de bois. Crudités, pasta et viande, salade de fruits frais !!




Le mardi est consacré, à l'ombre car la chaleur est là bien plus que l'an dernier à pareille époque, à la discussion avec les autres coureurs et toute l'organisation, faite de bénévoles, de photographes, de médecins et d'infirmiers, sans compter les Tchadiens. L'après-midi sera consacré à une excursion à pied vers un site de peintures rupestres. 








Ici les peintures datent d'environ 8 000 ans pour les plus anciennes, certaines gravures étant encore plus anciennes. Elles sont d'une très grande finesse. C'est aussi l'occasion de rencontrer nos premiers Cram-cram[1] qui ne seront pas nos amis durant la course. La nuit se passe mal, la tourista m'a rattrapé et me rend dubitatif pour la suite. 






[1] Cenchrus biflorus, le cram-cram (ou cramcram) (en wolof : xaaxaam) est une herbacée épineuse de la famille des Poaceae dont les graines s'accrochent aux vêtements. Elle est adaptée aux zones tropicales chaudes et sèches et se rencontre généralement sur les sols sableux.










Mercredi matin visite à pied à la Guelta d'Archei, vallée étroite entre deux falaises de grès et d'où sort, par miracle, l'eau. Les dromadaires viennent s'y abreuver et les fillettes viennent y chercher l'eau avec leurs ânes. Au fond il reste quelques crocodiles, prisonniers du recul du méga lac Tchad,  mais nous ne les verrons pas. L'après-midi se passe aux contrôles avant course, matériel sécurité, médicaments obligatoires, vérification de la suffisance des aliments. Jeudi matin, départ de la course à 7 h 20, après les discours des autorités dont le gouverneur de la région ! Le Tchad s'implique au plus haut niveau.

Je pars tranquillement, le seul but étant de terminer cette course, le sable mou et la forte chaleur n'étant pas des amis bien intentionnés. Rapidement nous embouquons un couloir rocheux qui va nous conduire au plateau de grès qui surplombe la Guelta d'Archei. Le sol me convient mieux et en haut je me retrouve avec Sylvain  Bazin, globe-runner qui va parcourir le désert d'Atacama en avril en complète autosuffisance. Le CP1 est atteint au bout de 25 km. Certains commencent à être bien éprouvés par la chaleur. Grâce à Rocco, qui me donne du scotch je peux  refixer mes guêtres. Les piles du GPS ont déjà rendu l'âme. Ce sera un souci pour l'organisateur et pour nous tout au long du périple. La seconde section de 18 km se parcourt sous la canicule, une impression de four ! Sylvain commence à ne plus pouvoir boire. La troisième section, également de 18 km, est plus agréable, la température décroit comme le soir arrive. Le ciel rougeoie et le paysage prend une tournure fantasmagorique. 





Au CP3 la nuit est là, le ciel nous offre un spectacle féerique, une quantité d'étoiles inimaginables. Plus d'étoiles au m2 que dans toute notre voûte céleste en France! Nous repartons derrière un chamelier éthique qui finit d'un geste auguste par nous indiquer la route à suivre. C'est évidemment l'occasion de se perdre dans les canyons qui se terminent tous en cul de sac. Beaucoup de temps  perdu. Au loin on finit par apercevoir une lumière. C'est Guido, l'italien, qui s'est perdu et qui pense que nous sommes les secours. Situation cocasse, car nous aussi pensons que c'est l'organisation qui a envoyé quelqu'un à notre rencontre, nous voyant errer en suivant nos balises GPS. 




Enfin l'Arche d'Aloba, la seconde plus grande arche au monde, apparaît ainsi que le CP4. Je repars assez vite, car je veux un peu plus de sécurité sur les temps limites. Les 25 km suivant se passent bien, la nuit étant propice à la méditation. Je suis bien avec moi-même, je fais partie du lieu. Le petit matin apparaît, le soleil levant illumine l'horizon et toute une série de créneaux de grès qui font penser à une énorme place forte. 






J'arrive à 6 h 30 au CP5 au pied de l'Arche de la Lyre, une pure merveille de la nature. Deux heures de repos, à discuter avec le staff médical et les photographes présents.







Je repars pour une étape de 30 km. La chaleur commence à sourdre. Vers 14h après quelques arrêts sous les arbres rencontrés en cours de route, je fais une pause d'1 h 30 sous le dernier arbre présent dans le paysage. Je n'ai plus de pile pour le GPS, les recharges, pourtant neuves, sont HS. J'utiliserai avec parcimonie les piles de la lampe de tête.  Il fait trop chaud ! 15 h 30 je repars et rencontre Rocco en 4*4 qui va au-devant de Sylvain qui a déclenché sa balise, par manque d'eau !  Au CP6, au pied d'un rocher gigantesque, je prends mon temps. Je repars avec Sylvain, qui ne veut plus s'arrêter pour éviter une troisième journée de canicule. Je suis derrière pour éclairer et cette étape difficile m'endort, hypnotisé par le faisceau lumineux. Au CP7, arrivé à minuit, je décide de dormir un peu, Sylvain continue. À 2  h 30 je repars, ayant toutefois peu dormi.
L'étape de 18 km passe bien, le sol est plat et porte relativement bien. Arrivé au CP8 près de l'Arche de l'Éléphant, je réveille tout le monde ! Je prends du thé, fais quelques grigris pour les photographes et me lance sur la dernière étape de 17 km.






Je termine en courant, entouré de deux coureurs tchadiens venus à ma rencontre. Il est 9 h 30 samedi 7 février. Le rêve s'est réalisé, la réalité s'est révélée encore plus belle qu'escomptée. Je ne résiste pas à l'envie de vous citer Nicolas Bouvier: "Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu'il se suffit à lui-même. On croit qu'on va faire un voyage, mais bientôt c'est le voyage qui vous fait, ou vous défait".



Olivier


dimanche 29 mars 2015

Billet de clôture ECOTRAIL 2015

Dimanche 22 mars 2015 - 6h30 du matin, hélas le soleil est pas de la fête, il y est même prévu un pic de pollution pendant la journée. Nous rejoignons le staff qui est déjà à pied d'oeuvre pour nous accueillir au Domaine Domanial du Parc de Saint Cloud.

Nous aidons pour la distribution des dossards. En attendant l'heure du départ, Annick monte sur l'estrade et avec la musique d'ambiance fait les échauffements pour le départ de la 26 km car il fait plutôt frisquet.













Après un parcours dans le Domaine Domanial de Saint Cloud dont nous avons peu le temps d'admirer les jardins.

Nous rejoignons la Forêt Domaniale de Fausses Reposes puis celle de Meudon, ponctuées d'étangs qui nous invitent à la flânerie, mais pas le temps, après une sévère montée (la dernière des 5!).





Il nous faut rejoindre Issy les Moulineaux, passer devant la Maison Rodin, découvrir pour certains un magnifique "Stree Art", admirer le Parc Henri Barbusse et enfin arriver dans le village Ecotrail Porte de Versailles, après 4h15 de marche.







A vous, coachs et accompagnateurs montagne qui avez transmis l'information à vos disciples, à vous, responsables de marche nordique, adhérents du RIF qui marchez sur Chaville ou Vincennes, et à vous tous, individuels qui en avez parlé autour de vous, nous vous adressons un grand merci.






La Touristique, départ de l'Hôtel de Ville








Notre reconnaissance va aussi à notre équipe de Chaville qui a servi de contrôleurs sur la marche nordique chronométrée du samedi et qui a encadré les marcheurs du dimanche tout au long du chemin que ce soit pour la Touristique, la Découverte et la Soutenue qui a contribué à la belle réussite de la marche nordique au sein de l'ECOTRAIL 2015 (8ieme édition)

Annick et Michel