lundi 25 avril 2011

Billet de clôture ECOTRAIL 2011

A vous, coachs et accompagnateurs montagne qui avez transmis l’information à vos disciples, à vous, responsables de marche nordique, adhérents du RIF qui marchez sur Chaville, et à vous tous, individuels qui en avez parlé autour de vous, nous vous adressons un grand merci.

Notre reconnaissance va aussi à notre équipe qui a encadré les marcheurs tout au long du chemin et qui a contribué à la belle réussite de cette 3e édition de la marche nordique au sein de l'ÉCOTRAIL 2011 (4e édition pour les courses) : Caroline, Claudine, Corinne, Dominique, Geneviève, Sylvie et Jean-Jacques.



183 personnes se sont inscrites et 143 dossards ont été remis dans l’urne à l’arrivée.

La différence peut s’expliquer par l’interruption du RER C toute la matinée du dimanche, empêchant certains de se rendre sur le lieu du départ

Nous comptons sur vous tous l’an prochain pour la prochaine édition de l’ÉCOTRAIL PARIS ÎLE DE FRANCE. Un troisième groupe pour ceux qui souhaiterais effectuer l'écotrail "en mode sport"!

Vous trouverez ci-après quelques photos de la soirée organisée par l'Écotrail pour tous les bénévoles le lundi 11 avril sur une péniche des Vedettes de Paris.









Bien sportivement à vous.

Annick & Michel COZIC


samedi 16 avril 2011

Notre première Marche Nordique Écotrail - 20 Km

Nous pratiquons la marche nordique au RIF depuis 4 mois, en essayant d'être assidus, une matinée par WE. "Petits nouveaux", nous nous sommes tout de même inscrits à la rando-92 de l’Écotrail parisien, non sans une légère appréhension. 10km de forêt et 10km de bitume : une grande première pour nous!

Dimanche 27 mars, 6h30.

Le réveil sonne, l’ouverture des yeux est un peu difficile. Ne pas penser au changement d’heure ; non, notre horloge biologique n’indique pas 5h30. Tout est prêt depuis la veille au soir. Les bâtons, les patins supplémentaires, l’encas, les capes de pluie… Il ne reste que l’eau à mettre dans le sac. Après un solide petit déjeuner, nous prenons le Tram 2 pour rejoindre l’arrêt « musée de Sèvres ».

Sur le quai, nous retrouvons Florence du RIF.













Au fil du trajet, quelques groupes, bâtons en bandoulière, montent dans le Tram. Nous arrivons sur
l'Ile de Monsieur vers 8h00. A notre surprise, il y a déjà beaucoup de monde. Nous retrouvons nos camarades de marche du WE. Une fois le dossard récupéré et attachéavec astuce pour ne pas trouer les vêtements étanches, nous commençons les échauffements, tous ensemble.

8h30 ; c’est l’heure !

Michel précise que le groupe des 25km aura un rythme rapide, de 6km/h environ : la couleur est annoncée. Pourtant, à notre grand étonnement, près d’un quart des participants s'élance derrière lui. Le groupe des 20km, Annick en tête, se met en route, à une cadence plus modérée, autour de 5km/h. Après la première montée, nous récupérons une partie des « rapides ». Ah ! On se disait bien que Michel et ses acolytes allaient en fatiguer rapidement plus d’un !













A l’entrée de la forêt de Meudon
a lieu le premier arrêt, comme prévu lors des séances d’entraînement, après une belle côte. Réchauffés, les participants tombent les vestes. On retire également les patins d’asphalte, inutiles lorsque le sol est meuble. Le déroulement de la pause technique est « original » – n’est-ce pas Sylvie ? – cependant, le groupe reste au complet. Merci à l’équipe du RIF, qui encadre l’évènement, de prendre soin de nous. Nous nous enfonçons ensuite dans la verdure, les chemins et sentiers de sous-bois. Le parcours est varié et agréable malgré une légère bruine. Le groupe s’étend sur une longue file mais le rythme reste assez soutenu, ce qui est assez impressionnant, vu le nombre de participants – Annick a vraiment réussi sa distribution de tracts. Chris (et sans doute d’autres) a déjà marché sur deux bâtons qui ne sont pas les siens mais tout va bien, pas de chute dans le peloton.

A 11h45, une pause bien méritée a lieu en milieu de parcours, avant d'entamer la partie citadine de l'Écotrail. On grignote pour reprendre des forces. Annick, en bonne chef de meute, a rapporté un énorme sac de fruits secs à partager. Elle avait apparemment prévu de nourrir toute la troupeJ.

La partie la plus plaisante du trajet se termine. C’est en effet moins agréable de marcher sur le « dur » ; nous remettons donc les embouts aux bâtons. Commence alors la traversée de petits quartiers résidentiels vraiment charmants à Meudon, Issy-les-Moulineaux, et de jolis parcs. Puis on aperçoit la Tour Eiffel au loin, avant d'entrer dans Paris et de profiter d'un parcours sans trop de voiture, ce qui est finalement plutôt sympathique !















En revanche, n
ous croisons quelques coureurs et promeneurs d’animaux dans le parc de l’ile St Germain et de nombreux jeunes gens peints aux couleurs de clubs de sports qu’ils vont supporter dans le parc Suzanne Lenglens.


Les jambes semblent plus lourdes une fois entrés dans Paris et on dirait que la Tour ne veut plus que l’on se rapproche. La fin du parcours semble plus long… Après un (ou deux ?) petit tour sur l’île aux Cygnes, nous voici arrivés aux pieds de la Tour Eiffel, il est 13h15. Le sourire est sur tous les visages. Olivier, notre « mouche photographe », virevolte autour de nous pour prendre des clichés. Il nous impressionne par son énergie car il a couru les 80km la veille et compte donc plus 100 km dans son week-end.

La vidéo :

video


Après l'effort... le réconfort ! La course se termine par une séance d’étirements fort bienvenue… et bon courage à ceux qui ne les font pas pour les deux ou trois jours suivants ! Nous nous dirigeons ensuite vers la grande tente, montée pour l’occasion. On nous y remet un T-shirt au sceau de l'événement. Un casse-croûte convivial autour de grandes tables est ensuite proposé aux marcheurs. L'occasion de prolonger ce bon moment tous ensemble, en revenant sur cette belle randonnée et le ressenti de chacun. Enfin, comme il fait beau, nous repartons en marchant – sans bâtons cette fois J – le long des quais, pour finir tranquillement cette belle journée.

Annick nous a donné les chiffres de la participation en « marche nordique » à l’Ecotrail : en 2009, 11 personnes étaient au départ ; l’année dernière, on en comptait 66 et cette année, près de 150 !

Alors à l’année prochaine… En tous les cas, nous y serons !

Elise & Chris

samedi 9 avril 2011

Marche nordique Ecotrail dimanche 27 mars 2011 - Distance parcourue 25 km

๏ Communication :

Comment j’ai découvert cette marche nordique éco-trail :
C’est lors d’une marche quotidienne avec mon groupe (conduit par Didier Lalande, issu de l’association de gymnastique de Clamart) que j’ai entendu parler de l’éco-trail par Christophe Pees (il a aussi participé à la marche) dans le bois de Meudon. Cette anecdote montre bien que la communication autour de cet événement a été vraiment très pauvre. Pour les années à venir, il me sera plus facile de savoir quand et comment m’inscrire puisque j’ai déjà participé. :-) Bref, nous sommes au courant de cette marche uniquement via le site internet ou le bouche à oreille pour les nouveaux participants comme moi...

๏ La marche :

video


Marche nordique ou pas, pourquoi la notion de sport et de compétition doit être absente ?
On choisit une durée de 20 ou 25 kilomètres mais j’ai eu l’impression que ça n’allait pas plus loin !
Quel dommage que l’on ne peut pas avoir un chronométrage ou un placement final. On a toujours besoin de se mesurer aux autres car, selon moi, le but recherché de cette matinée est la pratique d’un sport-santé d’une manière plus intense, plus sportive.

Je pense que d’une manière plus globale, le parcours choisit était «intelligent» malgré les parties plates et en ville. On est tous d’accords pour dire que la marche nordique sur le plat est ennuyeuse, inintéressante même. C’est donc un bon point aux organisateurs que d’avoir essayé, autant que possible, de nous faire marcher en «nature». (Bois de Meudon, Sèvres, Clamart, parcs d’Issy-les-Moulineaux et parc Citroen)

Je souhaiterais, pour la prochaine fois pouvoir, comme les «traileurs du samedi», avoir mon propre plan et marcher à ma vitesse où suivre des balises. Ainsi, je n’aurais pas à suivre un guide qui pourrait marcher moins vite que moi ou de devoir faire trop de pauses car l’on doit attendre tous le monde. Marcher à son rythme est plus important, d’autant plus, s’il on le fait avec un esprit de course.

๏ Vitesse :

On nous as dit que nous ferions du 6 KM/H mais, en tête, il semblerait que selon ceux qui avaient des podomètres, nous avons marché à la vitesse de 8 KM/H. Parfait pour moi au regard de mon âge et de mon habitude quotidienne de la marche nordique mais pas pour ceux qui l’on vu comme un «challenge» ou un dépassement de soi. Je pense, à ces personnes qui se sont inscrites afin de se mesurer sur une distance plus longue et plus intense que leurs marches quotidiennes, seules ou en groupes car, on n’a pas suivi ce but. On ne pouvait pas le suivre.
Vous avez l’idée de proposer un troisième groupe pour ceux qui souhaiterais effectuer l’éco-trail «en mode sport» ! Je vous soutiens car je crois qu’elle est pertinente et je serais le premier à vouloir la pratiquer de cette manière !

Dernier point négatif. A l’arrivé au village, les étirements ont été un peu «lâches» voir inexistants si on les compare aux échauffements de départ ! De plus, ils sont aussi voir plus importants que les échauffements du départ !


๏ Pour terminer, un bravo aux organisateurs ! Un événement de ce type est toujours difficile à conduire !

Témoignage : PAUL MAUDUIT - Clamart - France

lundi 4 avril 2011

Récit d'une participante de l'Ecotrail 2011


Dimanche 27 mars 2011 - 6h le réveil sonne (dur, dur à cause du changement d'heure).
6h45 - Départ de Verneuil avec mon amie Nadine. Destination Sèvres pour participer à la
marche nordique Écotrail.

7h15 - Arrivée sur l'Île Monsieur, magnifiques installations : endroit bucolique où nous avons pu voir un héron à quelques mètres. Le staff est déjà à pied d'œuvre pour nous accueillir.
Nous récupérons rapidement nos dossards. En attendant le départ nous nous inquiétons un peu : allons nous arriver à marcher 20 km alors que nous ne parcourons que 10 km au plus en forêt chaque dimanche ?

8h15 - Échauffements, dernières recommandations des guides, bonne ambiance.


8h30 - Go !
Le début s'annonce déjà difficile : de nombreuses marches puis une bonne grimpette en forêt. Nous essayons de rester dans le peloton de tête. Cela fonctionne. Les kilomètres s'enchainent : beau parcours en forêt, jolis paysages, étangs, canards, hérons … Quelques gouttes de pluie, mais nous maintenons le rythme.
Arrivée en ville, le macadam c'est plus dur : trouver les bons appuis sur les bâtons c'est difficile quand on n’a pas l'habitude. Mais tout se passe bien, nous discutons avec d'autres marcheurs de Plaisir, de Clamart, de Sèvres et partageons nos expériences de marche nordique. Ambiance bon enfant.

Traversée de plusieurs parcs, magnifiques rhododendrons rouges dans le parc de l'île St Germain. Et soudain la grande dame de fer se profile à l'horizon.
Cela redonne la pêche ; les cuisses commencent à faire mal mais l'on sait que le but est proche. Ça y est : il est 12h30 et nous sommes arrivés. Étirements tous ensemble et sympathique buffet au pied de la Tour Eiffel.
Une super journée et une grande envie de recommencer. D'ailleurs, après le repas, je suis allée au salon des nouvelles randonnées à la porte de Versailles. J'ai pris des informations sur la randonnée du golfe du Morbihan prévue fin juin. Je crois que je vais m'y inscrire et inciter d'autres amis des randonnées du dimanche à m'accompagner.

Nordiquement votre
Florence Massaloux / Nadine Labbee
Club de marche nordique de Juziers
Coach : Chantal Baillette.